travail

Les bases anthropologiques du Syndicat SENS.

L’homme et le travail, voici un couple que d’aucuns voudraient voir rapidement et définitivement divorcé, tant la dimension aliénatrice du travail est à la mode dans notre monde moderne. L’oisiveté, les vacances et le farniente ont la côte dans la logique consumériste qui a mis au ban le travailleur au profit du consommateur.

Syndicalisme et travail, voila une association que notre syndicat -SENS- veut promouvoir et enrichir, d’une part sous une forme classique du travail qui permet l’accès aux biens matériels, à la constitution d’une famille et à l’accès à la propriété privée, et d’autre part sous une forme essentielle qui respecte le rôle unique du travailleur, qui par son activité quotidienne transforme la nature et le monde, saisissant ainsi la portée fondamentalement existentielle de son travail. Ainsi le syndicalisme peut s’émanciper de sa gangue historique, dont nos contemporains ne gardent qu’un vague souvenir d’une forme caricaturale de contestation brutale et ridicule.

Réconcilier le travail et le syndicalisme est une nécessité de première justice, les travailleurs réunis dans un syndicat veulent d’abord qu’on parle de leur travail, de sa noblesse, de son utilité et de sa beauté, donner du sens au travail : voilà un des premiers objectifs de SENS.

Respecter les travailleurs en faisant respecter leur travail est une des moyens force de SENS, comment parler de la dignité des hommes et des travailleurs en dévalorisant leur propre travail, en le considérant comme interchangeable ou robotisable ? Respecter le travail des travailleurs c’est rénover la notion même de travail afin « que pour chacun son propre travail soit un objet de contemplation » Simone Weil.

Avec SENS le syndicalisme change de nature pour donner à chaque travailleur les outils, la volonté et l’espoir de comprendre son travail dans la profondeur de son essence, qui est celle de nous rendre libre et d’en avoir pleinement conscience. La confection et l’accès à cette intelligence collective et personnelle est le travail de SENS. A chacun son travail, le nôtre est de diffuser cette bonne nouvelle et de lui donner corps, en commençant par redresser les têtes et mettre en œuvre une critique systématique des organisations, des managements, des processus de fabrication, des emplois du temps, des modes de recrutement et des partages des profits.

 

Marc-Yvan Teyssier

Porte-parole.

print

Auteur de l’article : Leïla Amin

Leïla Amin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *